Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

Les maladies cardiaques - La Sante DE MON chat
La Sante DE MON chat

Les maladies cardiaques

Parmi toutes les maladies qui peuvent toucher le système cardiovasculaire du chat, il en existe une qui se distingue des autres et est de loin la plus courante dans cette espèce ; il s’agit de la CMH ou Cardiomyopathie Hypertrophique. D’autres maladies générales, comme l’hyperthyroïdie, l’hypertension artérielle peuvent également avoir des incidences graves sur le fonctionnement cardiaque.

LA CMH ou Cardiomyopathie Hypertrophique

La CMH est une atteinte primaire du myocarde (= muscle cardiaque) qui se caractérise par un épaississement de la paroi du cœur, qui ne peut alors plus remplir correctement sa fonction de pompe.

Cette affection touche majoritairement les mâles (70 à 80 % des cas), peut apparaître à tout âge (avec une plus forte incidence autour de l’âge de 5-7 ans), et certaines races sont plus fréquemment atteintes (Maine Coon, Persan, Sphynx, Norvégien, British, Ragdoll…). Dans ces races, des tests génétiques permettent de mettre en évidence la mutation responsable de la CMH. Mais en aucun cas, il n’est possible de prédire l’âge d’apparition des symptômes ou leur gravité.

N’importe quel chat, quelle que soit son origine, peut un jour présenter une CMH due à diverses causes (génétique, hyperthyroïdie, ou hypertension artérielle).

Quels symptômes ?

Souvent, les maladies cardiaques du chat sont longtemps asymptomatiques, puis peuvent apparaître de façon extrêmement brutale.

  • La plupart du temps, les signes cliniques observables sont ceux de l’insuffisance cardiaque : fatigabilité, intolérance à l’effort, toux, difficultés respiratoires, augmentation de la fréquence cardiaque.
  • Il existe aussi un signe particulier à l’espèce féline, qui est la paralysie brutale et très douloureuse du train postérieur. Cette paralysie est due à un caillot sanguin qui se forme dans le cœur atteint de CMH, et qui migre, puis se bloque dans un vaisseau, coupant la circulation sanguine dans cette zone : on parle de thrombo-embolie artérielle.
  • Enfin, certains chats restent asymptomatiques, puis décèdent brutalement d’un arrêt cardiaque.

Comment établir le diagnostic ?

Il repose sur la constatation des signes cliniques cités précédemment, complétée par divers examens, tels que la radiographie, l’électrocardiogramme (ECG) et surtout l’échocardiographie. D’autres examens peuvent aider à rechercher la cause de la CMH (bilan sanguin, mesure de la tension artérielle…)

Quel traitement ?

Il repose sur plusieurs volets :

  • Un traitement visant à améliorer la fonction cardiaque et agir sur les symptômes à l’origine de la consultation (troubles respiratoires, paralysie du train arrière…)
  • Un traitement de la cause responsable de la CMH si celle-ci est connue: hyperthyroïdie, hypertension artérielle consécutive à une insuffisance rénale chronique
  • Un traitement hygiénique: diminuer le stress, éviter les causes d’excitation de l’animal, régime alimentaire adapté (pauvre en sel)

Aucun traitement ne permet de stopper la maladie, mais une prise en charge adaptée peut procurer à votre chat un confort de vie très satisfaisant pendant plusieurs années.

Quel pronostic ?

Si le chat est asymptomatique au moment du diagnostic, la survie est relativement bonne (en moyenne 5 ans), à partir du moment où l’on met un traitement en place.

Si le chat présente déjà des symptômes au moment du diagnostic, l’espérance de vie est plus courte (notamment si l’animal souffre d’une thromboembolie).

Une détection précoce de la CMH améliore donc la durée de survie de votre animal. Une fois le diagnostic posé, un suivi régulier chez votre vétérinaire est indispensable ; il permet d’adapter à tout moment le traitement en fonction de l’âge, de l’état général et de l’origine de la CMH.

Conclusion

Compte-tenu de la difficulté d’auscultation du chat, et de l’apparition parfois tardive de symptômes cardiaques, il est important de réaliser un bon dépistage des maladies cardiaques avant toute anesthésie ou en cas de moindre doute. Votre vétérinaire réalisera un examen approfondi (radios, ECG, et surtout échocardiographie) pour s’assurer que tout fonctionne correctement. Le cas échéant, il vous proposera un traitement adapté à la condition de votre chat.

 

Autres articles de la rubrique