Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

L’hyperthyroïdie - La Sante DE MON chat
La Sante DE MON chat

L’hyperthyroïdie

Un inconnu dans la maison

Votre chat, qui vieillissait tranquillement, est devenu anxieux, agressif, agité : il a changé de caractère. Ce mystère est peut être dû à une hyperthyroïdie.

La thyroïde est une glande qui est située à la base du cou, de chaque côté de la trachée. Elle fabrique et libère des hormones dans le sang. Ces hormones agissent sur le métabolisme, c’est-à-dire le fonctionnement général du corps et des organes ; elles régulent notamment la température du corps,  et la production d’énergie.
Chez le chat, il arrive que la thyroïde grossisse, sans qu’on en connaisse vraiment la cause. La conséquence, c’est qu’elle se met à produire  de grosses quantités d’hormones : beaucoup trop ! C’est l’hyperthyroïdie. Le processus en cause  est appelé hyperplasie adénomateuse.
Tous les chats adultes (surtout lorsqu’ils ont plus de 10 ans) peuvent être touchés, et plus le chat vieillit, plus le risque est grand.

Des symptômes d’abord discrets

Les signes qui peuvent vous alerter sont :

  • Une perte de poids, surtout si l’appétit augmente
  • Une agitation inhabituelle
  • Un changement de comportement, de l’anxiété, de l’agressivité, des vocalises excessives
  • Une augmentation de la soif et de la  quantité d’urine
  • Des troubles digestifs : vomissements, diarrhée/selles molles
  • Un vilain pelage
  • L’apparition d’un nodule dans le cou (petite masse)

L’hyperthyroïdie provoque aussi une augmentation de la fréquence cardiaque. Votre vétérinaire peut aussi noter l’apparition d’un souffle cardiaque (bruits anormaux lors de l’auscultation) et même d’une hypertension artérielle due à l’évolution de la maladie. A terme, si elle n’est pas traitée, la maladie peut être mortelle.

Différents traitements possibles

Si l’on constate quelque chose d’anormal chez un chat, il est utile de demander conseil à un vétérinaire. Ce dernier va examiner attentivement votre compagnon et rechercher, par exemple, un nodule au niveau du cou et des bruits anormaux à l’auscultation.
Ensuite, il doit faire plusieurs prises de sang pour établir le diagnostic, et pour évaluer les conséquences de la maladie sur les reins, notamment. Enfin, il discutera avec vous des différents traitements possibles.

La première étape de traitement, ce sont de simples comprimés.

Le vétérinaire vous expliquera comment les donner à votre chat. Il établira un programme de surveillance pour éviter les effets secondaires et choisir la dose la mieux adaptée.

Un simple régime alimentaire peut aussi permettre de contrôler la maladie. Mais il faut que le chat ne sorte jamais, car il ne doit recevoir aucun autre aliment que celui qui lui a été prescrit. Ce régime sans iode empêche la thyroïde de fabriquer les hormones qui rendent le chat malade. Il est utile chez les chats d’appartements qui vivent seuls.

Ensuite,  si les reins de votre chat fonctionnement bien, le vétérinaire peut vous proposer de faire faire une scintigraphie. La scintigraphie est une méthode d’imagerie. Elle  consiste à détecter les éléments  radioactifs injectés à l’animal et fixés par les tissus anormaux de sa thyroïde. Elle peut être réalisée dans certains centres vétérinaires. Le but est de localiser des  zones malades qui pourront être retirées chirurgicalement.

Ce traitement chirurgical est de plus en plus remplacé par une technique appelée iodothérapie. Elle fait appel à l’iode radioactif. L’iode détruit le tissu thyroïdien malade mais épargne le tissu sain. Ce traitement  s’effectue seulement dans quelques centres de référence et nécessite une hospitalisation  le temps pour que le patient ne représente plus de risque de radioactivité pour les humains avec qui il vit. Cette méthode permet d’obtenir la guérison dans une grande majorité de cas, mais elle n’est pas toujours possible à mettre en place.

L‘hyperthyroïdie du chat est une maladie assez fréquente chez les chats  adultes et vieillissants.  Si votre chat maigrit, ou si vous avez le moindre doute, il est utile de consulter un vétérinaire.  De même, au cours de la visite vaccinale annuelle, un contrôle peut être  réalisé. Grâce aux traitements, les chats hyperthyroïdiens retrouvent une belle qualité de vie car la maladie se gère de façon assez simple dans la plupart des cas.

Autres articles de la rubrique