Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

Mon chat boite - La Sante DE MON chat
La Sante DE MON chat

Mon chat boite

La boiterie est un motif relativement fréquent de consultation, surtout chez les chats qui ont l’habitude de sortir, mais elle n’est pas exclue chez ceux qui vivent en intérieur. De l’identification de la cause de la boiterie dépendra le traitement à mettre en œuvre. C’est pourquoi une boiterie ne doit pas être négligée, et l’avis du vétérinaire est souvent nécessaire.

Que faire si votre chat boite ?

En l’absence de traumatisme aigu évident (accident de la voie publique ou chute par exemple), si votre animal boite ou refuse de prendre appui sur un de ses membres, il convient tout d’abord d’examiner doucement le membre atteint. Cependant, même si le chat est relativement résistant à la douleur, l’inspection du membre atteint peut s’avérer délicate ; votre chat risque de griffer ou de mordre pour se défendre, ou d’aller se réfugier dans un endroit inaccessible. L’idéal est de l’isoler dans une pièce qui ne présente pas trop d’échappatoires, et de se faire aider.

Vous allez alors tenter d’examiner attentivement la patte en commençant par l’extrémité : doigts, espaces interdigités, coussinets, ongles, à la recherche de coupures, d’inflammation, de suppuration, d’un ongle arraché ou incarné. Parfois, des gestes simples permettent de résoudre le problème : couper l’ongle qui est abîmé, retirer un corps étranger visible, etc…

Si rien n’est visible sur l’extrémité de la patte, il se peut qu’il s’agisse d’un problème articulaire ou osseux (fracture, luxation), et seul un examen approfondi par le vétérinaire, souvent complété par une radiographie, permettra de poser le diagnostic.

En conclusion : en dehors d’une douleur intense qui nécessite une consultation d’urgence, vous pouvez attendre 24 heures si votre animal continue à manger, jouer, vivre normalement. Au-delà, prenez rendez-vous ! Et surtout, n’essayez pas d’administrer un médicament humain dans le but de soulager la douleur de votre chat, le dosage et la formulation ne sont pas adaptés !

Chez le vétérinaire

Parmi tous les éléments importants à signaler à votre vétérinaire, afin de l’aider à identifier la cause de la boiterie de votre animal , pensez à lui dire si celle-ci est ancienne ou récente, si un ou plusieurs membres sont atteints de façon simultanée, ou intermittente, si la boiterie s’aggrave ou s’améliore selon que l’animal est au repos ou en exercice, si son apparition a été soudaine, ou au contraire progressive, si l’état général du chat est atteint…

Mais pas de panique si vous oubliez un détail, votre praticien vous posera la question !

Puis il examinera votre chat par étapes : tout d’abord il observera la démarche générale de l’animal dans le couloir ou la salle de consultation ; ensuite, il procèdera à un examen plus rapproché sur la table de consultation : état général, neurologique, pour terminer par le membre boiteux.

Parfois, en cas de lésions douloureuses (fractures, luxations, abcès dus à une morsure ou une blessure), les manipulations sont impossibles, et votre vétérinaire pourra avoir recours à la tranquillisation, afin de réaliser une radiographie, de ponctionner d’un abcès, de retirer chirurgicalement un épillet, de suturer une plaie…

Si besoin, des techniques d’imagerie pourront être réalisées dans des structures spécialisées (scanner, IRM, arthroscopies, etc…)

Quel traitement pour une boiterie ?

Il n’existe pas de traitement universel pour les boiteries, mais des mesures adaptées à l’origine de celle-ci.

  • En cas de fracture, une réparation chirurgicale pourra être envisagée (broches, plaques et vis, fixateurs), selon l’os atteint, selon qu’il s’agit d’une fracture ouverte ou fermée, simple ou complexe… Les plâtres en revanche sont rarement utilisés chez le chat, car souvent mal tolérés et moins efficaces.
  • En cas d’abcès consécutif à une morsure, griffure ou blessure par un corps étranger, il faudra parfois recourir au parage chirurgical sous anesthésie, et administrer ensuite un traitement antibiotique de quelques jours à l’animal.
  • En cas de luxation, rupture de ligaments, tout dépend des lésions que révèleront les examens complémentaires d’imagerie médicale
  • En cas d’affection d’origine neurologique, le traitement dépendra du problème sous-jacent.

Il se peut que votre vétérinaire prescrive des anti-inflammatoires à votre chat : ils seront spécifiquement adaptés aux félins, et vous devrez respecter les doses prescrites et la durée du traitement.

Conclusion

Les causes des boiteries chez le chat sont multiples, et parfois seul le vétérinaire pourra en déterminer l’origine. Dans un premier temps, si votre chat est docile, examinez son membre (recherche de plaie ou corps étranger…). Si après 24 heures, la boiterie persiste ou s’aggrave, ou si l’état général de l’animal se détériore, n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire.

Autres articles de la rubrique