Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

La PIF (péritonite infectieuse féline) - La Sante DE MON chat
La Sante DE MON chat

La PIF (péritonite infectieuse féline)

La PIF, ou Péritonite infectieuse féline, est une maladie virale grave, due à un Coronavirus, qui touche essentiellement les jeunes chats en collectivité, et est très contagieuse. Cette maladie touche plusieurs organes, et peut donc se présenter sous des formes différentes ; il en existe deux formes principales : la forme humide (avec épanchements) et la forme sèche. Il s’agit d’un vice rédhibitoire à la vente.

Comment se transmet la PIF ?

Le coronavirus responsable de la PIF se transmet par contact étroit entre chats, les selles et la salive étant les principales sources d’infection. Le chat peut aussi se contaminer par l’intermédiaire du milieu dans lequel il vit (sol, objets, vêtements…). Ce sont essentiellement les jeunes chats vivant en groupe qui sont atteints. La transmission in utero (de la mère aux chatons) est probable.

Enfin, la PIF n’atteint que les félins, et n’est pas transmissible à l’homme, ni aux autres animaux.

Quels sont les symptômes de la PIF ?

L’incubation dure de quelques jours à quelques années. L’importance des symptômes varie selon la souche du virus en cause, l’âge de l’animal atteint, son état général. Ils peuvent rester très discrets pendant longtemps, ou au contraire être d’emblée très spectaculaires. Enfin certains chats peuvent être porteurs sains (infectés par le virus, mais asymptomatiques).

Dans la forme humide : l’abdomen et/ou le thorax se remplissent de liquide, ce qui entraîne des difficultés respiratoires (épanchement thoracique) et/ou des diarrhées et vomissements associés à un gonflement de l’abdomen (=ascite ou épanchement abdominal).

Dans la forme sèche : les symptômes sont beaucoup plus difficiles à identifier, car non caractéristiques. Ils seront différents selon le ou les organes atteints.

  • En cas d’atteinte nerveuse : convulsions, tremblements, désorientation, démarche anormale, possible paralysie
  • En cas d’atteinte rénale : insuffisance rénale
  • En cas d’atteinte du foie : ictère (=jaunisse), troubles digestifs

Quel traitement pour la PIF ?

Il n’existe aucun traitement pour la PIF, qui est mortelle dans quasiment 100 % des cas. Le traitement vise seulement à atténuer les symptômes (anti-inflammatoires corticoïdes à forte dose, antidiarrhéiques, antivomitifs, diurétiques…) et à améliorer le confort de l’animal.

Quelle prévention ?

Il n’existe actuellement aucun vaccin disponible en France.

Un test de dépistage d’une infection par un virus de la famille des Coronavirus existe, mais il ne permet pas de faire la différence entre une contamination par le virus de la PIF ou par un autre virus responsable d’une affection bénigne. De plus, certains chats atteints de PIF caractérisée sont négatifs pour le test.

Quoiqu’il en soit, si votre chat meurt de PIF, vos autres chats risquent d’avoir été contaminés ; pour autant, seuls 20% des animaux infectés développeront la maladie, en général les jeunes de moins de 2 ans ou les plus de 10 ans.

Conclusion

La PIF est une maladie grave, mortelle si elle se déclare, qui touche plutôt les jeunes chats en collectivité. Dans la mesure où il n’existe ni traitement spécifique ni vaccin, les mesures hygiéniques de prévention  (désinfection des locaux et des accessoires) dans les élevages, chatteries et expositions seront essentielles pour éviter la dissémination du virus.

Autres articles de la rubrique