Vous avez désactivé JavaScript

Ca peut conduire à fonctionnalité réduite et affecter la présentation graphique de ce site.
Cependant, tous les contenus seront toujours disponibles.

Le chat sénior - La Sante DE MON chat
La Sante DE MON chat

Le chat sénior

«Être vieux, c’est être jeune depuis plus longtemps que les autres » (Le Chat, Ph. Geluck)

La vieillesse chez le chat comme chez l’homme implique des modifications dans le fonctionnement des différents organes, qui se fatiguent plus ou moins vite. Il importe de connaître quels sont les premiers signes du vieillissement, afin de surveiller et si possible, de prévenir une dégradation trop rapide, afin d’assurer à votre chat une fin de vie sereine.

À quel âge peut-on dire qu’un chat est vieux ?

Les signes du vieillissement sont en général plus discrets chez le chat que chez le chien ; aussi importe-t-il de savoir les repérer, afin d’accompagner au mieux votre compagnon dans la dernière phase de sa vie, qui peut toutefois être longue si l’on prend bien soin de lui ; certains félins peuvent vivre jusque 18 ou 20 ans… En règle générale, les premiers signes de vieillesse apparaissent entre 7 et 11 ans, et peuvent s’aggraver à partir de l’âge de 12 ans.

On observe :

  • Des modifications de l’apparence: le pelage prend un aspect plus terne, il peut blanchir également (au niveau de la tête),  devenir plus sec et moins fourni. La peau est moins souple. Le poids peut aussi se modifier : soit prise de poids d’un animal qui bouge beaucoup moins, soit amaigrissement d’un animal qui éprouve plus de difficultés pour se nourrir correctement.
  • Un changement dans le comportement: cela est lié au vieillissement cérébral (surtout marqué après 16 ans) ; le chat dort plus souvent, il recherche encore plus la chaleur, il fait moins fréquemment sa toilette, et peut devenir irritable quand on le manipule (douleurs). Plus tard, peuvent apparaître de la désorientation, de l’incontinence, des miaulements intempestifs et inhabituels (la nuit par exemple)
  • Une baisse progressive des performances des principaux sens: le chat perd peu à peu l’audition, jusqu’à devenir complètement sourd ; sa vue peut être touchée (cataracte) et il a tendance à se cogner facilement. L’affaiblissement de l’odorat peut entraîner une forte diminution de l’appétit.

Les besoins nutritionnels

Dès l’âge de 8 ans environ, les besoins nutritionnels de votre chat se modifient progressivement : le métabolisme diminue, l’activité physique et moindre, et par conséquent les besoins énergétiques diminuent de 20 % par rapport à ceux d’un chat plus jeune.

Le chat âgé, étant carnivore, a besoin de protéines, mais celles-ci doivent être de très bonne qualité pour ne pas surcharger le rein qui se fragilise. L’activité se réduisant, il a moins besoin de lipides (pour éviter la prise de poids), mais ceux-ci doivent aussi être de bonne qualité (acides gras essentiels oméga 3 et 6). La quantité de glucides reste à peu près identique, et il faut éviter les sucres rapides afin de ne pas favoriser un diabète. Enfin, il conviendra de veiller aux apports en vitamines et minéraux (importants pour aider le système immunitaire), tout en limitant l’apport de phosphore.

Les points à surveiller

  • Le cœur : des signes tels que toux persistante, essoufflement, fatigabilité, intolérance à l’effort, peuvent vous avertir d’un mauvais fonctionnement de la pompe cardiaque
  • L’appétit : une perte d’appétit, ou au contraire, une augmentation importante de celui-ci sont des signes d’alerte qui doivent vous amener à consulter votre vétérinaire, car annonciateurs de diverses pathologies qu’il faut explorer
  • La quantité de boisson : de nombreux troubles métaboliques associés à la vieillesse sont accompagnés d’une forte augmentation de la prise de boisson : diabète, insuffisance rénale, hépatique. Si vous avez des doutes, surveillez attentivement de façon à pouvoir quantifier et informer votre vétérinaire, qui effectuera les analyses nécessaires.
  • Le poids : la surveillance du poids de votre animal est importante, mais encore plus chez un sénior ; une perte rapide de poids peut indiquer une maladie sous-jacente ; une augmentation risque d’avoir des répercussions sur le cœur, les articulations.
  • Les articulations : même si le chat reste un animal plutôt souple, les articulations n’en vieillissent pas moins à partir d’un certain âge. Même sans douleur apparente, l’animal peut souffrir d’arthrose et être gêné dans sa vie quotidienne (toilette, prise alimentaire…)
  • Les dents : les bactéries présentes dans la bouche (tartre) et responsables de la mauvaise haleine, des déchaussements et infections, peuvent passer dans le sang et provoquer de graves atteintes rénales ou cardiaques. D’où l’importante de l’hygiène bucco-dentaire chez le chat âgé !
  • Les yeux/les oreilles: l’acuité visuelle et auditive baissent beaucoup avec l’âge, et il vous faudra apprendre à en tenir compte
  • Le pelage : un poil terne, piqué, mal entretenu, aves des pellicules doit vous alerter : votre animal ne peut peut-être plus l’entretenir correctement par la toilette, ou souffre d’une maladie générale qui influe sur l’aspect du pelage.

Tous ces problèmes évoqués ci-dessus peuvent faire l’objet d’une évaluation, d’une surveillance et d’une prise en charge par votre vétérinaire.

En conclusion

Une étude récente a démontré que la médicalisation des animaux permettait d’augmenter leur espérance de vie grâce aux progrès de la médecine. Une surveillance attentive de votre chat vous permettra de détecter les premiers signes d’atteinte organique, mais l’idéal est de faire pratiquer par votre vétérinaire un bilan de santé régulier à partir d’un certain âge. Sans oublier une alimentation adaptée et équilibrée, ainsi qu’un peu d’exercice ! (Bien manger, bien bouger !)

Autres articles de la rubrique