Cette citation de Dave Barry résume en peu de mots le comportement social de nos chats ! Essayons un peu de le comprendre. Dans l’ancienne Égypte, les chats étaient vénérés, considérés comme des dieux. En revanche, dans l’Europe du Moyen-Âge, ils étaient persécutés, en tant qu’animal maléfique proche des sorcières. Dans un cas comme dans l’autre, ils étaient considérés comme des créatures mystérieuses, inaccessibles. Le chat domestique garde encore de nos jours cette réputation.

Cela ne fait que quelques milliers d’années que le chat est devenu pour nous un animal domestique alors que le chien, lui, est domestiqué depuis plus de 30 000 ans. À la différence des chiens, les chats ne sont pas faits pour vivre socialement en groupe. Ils descendent en effet du chat sauvage africain, l’une des espèces du règne animal la plus solitaire qui soit.

Malgré les mystères entourant les chats et leur comportement supposé solitaire, il est bien établi depuis longtemps que les chats domestiques ressentent des émotions semblables à celles des humains (même s’ils ne les expriment pas forcément de la même manière) et qu’ils peuvent développer des liens très étroits avec nous. Leur besoin de contact social avec l’Homme est plus ou moins important selon le chat ; toutefois, si nous savons comment décrypter son comportement, nous pourrons mieux comprendre et apprécier notre matou.

chat_comportement

Comment déchiffrer le « code » du comportement félin ?

Nous essayons par bien des moyens de décrypter un certain nombre de comportements présentés par notre matou. En tant que leur compagnon « humain » nous élaborons de nombreuses hypothèses, mais en réalité, nous n’avons qu’une vague idée de ce qu’ils essaient de nous raconter !

Prenons un exemple : c’est la fin de la journée et votre chat vient vous saluer, la queue dressée, se faufilant entre vos jambes et se mettant même à ronronner. Totalement ravi il vous semble évident que votre chat veut vous dire : « comme je suis heureux de te revoir ! » Mais avez-vous bien déchiffré son comportement ? Est-ce bien ce qu’il veut vous exprimer ?

Bien sûr votre chat est content de vous voir mais sa queue dressée, par exemple, n’est très certainement pas une expression de joie, mais plutôt un signal de sa part qu’il désire entrer en contact avec vous. Remettez-vous dans le contexte de son ancêtre, le chat sauvage africain, se trouvant au milieu des herbes hautes de la jungle. Le seul moyen dont il dispose pour attirer l’attention sur lui est de dresser sa queue pour qu’elle soit visible. De cette façon il signifie qu’il est « prêt au dialogue ».

Puis lorsqu’il se glisse entre vos jambes en serpentant ce n’est généralement pas un acte d’amour même s’il vous semble que cela représente une marque d’affection de votre chat. Dans la plupart des cas, votre chat essaie tout simplement d’attirer votre attention (en général pour recevoir son repas) ou de déposer sur vous une marque olfactive (des phéromones) afin de vous intégrer à son territoire !

New call-to-action

 

Décrypter le ronronnement du chat

Nous supposons généralement que lorsque notre chat ronronne c’est qu’il est heureux ou qu’il nous signifie qu’il nous aime. Toutefois diverses recherches menées sur le comportement du chat commencent à montrer qu’il existe d’autres raisons amenant votre chat à ronronner:

  • le ronronnement commence très tôt lorsque le chaton tête sa mère ; il lui signifie ainsi qu’il éprouve du plaisir ; sa mère ronronne à son tour pour lui signifier que tout va bien et qu’il est en sécurité.
  • Plus tard le chat ronronnera également par plaisir lorsqu’il se sentira bien ; si vous êtes à proximité il ronronnera aussi en vous déposant ses phéromones territoriales ; il s’apercevra également très rapidement que son ronronnement est un excellent outil particulièrement persuasif lorsqu’il désire quelque chose (à manger, des câlins…).
  • Enfin il utilisera son ronronnement comme un mécanisme d’auto-apaisement soit lorsqu’il se trouvera dans une situation inconfortable, par exemple face à un animal agressif (c’est alors un ronronnement de soumission), soit lorsqu’il éprouvera de la douleur (il faut alors l’amener chez le vétérinaire).

La manière plus spécifiquement « chat » d’exprimer l’amour c’est le “patounage” c’est-à-dire le pétrissage de « l’objet » adoré avec l’extrémité des pattes antérieures. Ce comportement le renvoie aux tout premiers jours de sa naissance, encore chaton : il l’utilisait alors instinctivement pour stimuler la montée de lait des mamelles lorsqu’il tétait sa mère. Par la suite, il peut refaire ce geste sur son maître en signe d’amour ou de bien-être, mais aussi sur une couverture ou le tapis pour apaiser son stress.

 

Existe-t-il une organisation sociale chez les chats ?

Il n’existe pas de hiérarchie dans le monde des chats au sens où on l’entend chez le chien.

Des regroupements ou de communautés félines peuvent être observées, par exemple dans les zones pavillonnaires autour des villes, les cimetières, etc… Elles regroupent de 4 à 20 individus en moyenne. En effet lorsque les conditions sont réunies (nourriture abondante, nombreux abris…) la vie en groupe présente pour les chats un certain nombre d’intérêts :

  • facilité à trouver un partenaire reproducteur,
  • défense et protection des chatons,
  • accès et défense des ressources disponibles…

Des combats impliquent souvent les jeunes mâles lors de leur accession au statut de reproducteur. Il peut aussi exister des combats autour des lieux de distribution de la nourriture : plus la nourriture est rare plus les combats sont fréquents. Le chat le plus agressif mange généralement en premier. Après stérilisation  la situation est plus apaisée, les combats sont moins violents et moins fréquents. S’il existe un certain nombre de circonstances de collaboration, par exemple pour chasser un intrus hors du groupe, il n’existe toutefois pas de hiérarchie au sens propre, et en particulier l’organisation de ces communautés n’inclut pas l’interaction avec les humains.

chat_humain

Le lien Homme-chat ou humain-chat

Pour un chien, les humains de la maisonnée sont les membres “alpha”, c’est-à-dire les leaders de la meute familiale. Mais ce n’est absolument pas le cas pour le chat ! Il semble que nos chats domestiques modernes acceptent de s’adapter à notre environnement s’ils obtiennent en contrepartie :

  • une certaine compagnie (lorsqu’ils en ont envie bien sûr),
  • des repas réguliers,
  • un endroit confortable pour dormir
  • et un petit coin douillet au soleil pour faire la sieste !

Même si le lien Homme/chat ne semble pas faire partie des sciences exactes, les recherches ont prouvé qu’il existe de nombreux avantages significatifs pour l’Homme, aussi bien physiques que mentaux, à cohabiter avec un chat. Plusieurs études ont montré que les propriétaires de chats se sentent plus heureux, ont plus confiance en eux et sont moins nerveux que les individus n’ayant pas de chat. Il semble également qu’ils dorment mieux, qu’ils sont plus concentrés et enfin qu’ils gèrent mieux les problèmes de leur vie. Selon les spécialistes, les chats permettent d’abaisser le stress, nous rendent plus sensibles et bienveillants et peuvent réellement avoir une influence positive sur notre santé physique.

C’est très certainement pour toutes ces raisons que les chats ont été si vénérés, déifiés et aimés à travers les âges.

GP-R-FR-NON-200800045