Comment prendre soin des yeux de son chat ? 

Le chat a des yeux magnifiques, lumineux, qui brillent dans la nuit. Mais n’importe quelle affection oculaire peut brusquement éteindre cette luminescence. Il est donc important de reconnaître les signes des principaux troubles oculaires du chat pour savoir quand consulter son vétérinaire.

La « magie » des yeux du chat

Depuis des siècles les yeux des chats émerveillent l’Homme. Dans l’Égypte ancienne, la lumière réfléchie par l’œil du chat était considérée comme un rayon de soleil émanant du Dieu Soleil Râ (ou Rê). Pour les Celtes, les yeux du chat étaient un portail ouvert sur un autre monde. Et comme le dit Baudelaire (dans l’Horloge) « Les chinois (de la Chine ancienne) voient l’heure dans l’œil des chats », car leur pupille se rétrécit puis s’élargit en fonction de l’intensité lumineuse et reflète la montée puis la descente des heures qui passent.

yeux_chat

En réalité les yeux des félins n’ont aucun pouvoir spécifique et les chats ne voient pas mieux que nous dans l’obscurité totale. En revanche, leurs yeux se sont adaptés pour leur permettre de voir extrêmement bien en lumière très faible (crépusculaire), ce qui est très utile pour ces chasseurs nocturnes par nature.

Cette brillance mythique des yeux du chat que vous voyez la nuit lorsqu’ils sont éclairés par une lumière (des phares de voiture par exemple) est due à une couche bien particulière de cellules, le tapetum lucidum (appelé aussi tapis clair ou choroïdien), située en arrière de la rétine. Il est constitué de cellules, ressemblant à des miroirs, qui reçoivent les rayons lumineux puis les réfléchissent.

 

Votre chat voit mieux les objets situés entre 60 et 90 cm de sa tête et focalise sa vision sur un point fixe, c’est-à-dire qu’il ne prend pas en compte le paysage dans son ensemble. Cette adaptation est particulièrement intéressante pour suivre une petite proie, par exemple une souris. De plus, sa rétine contient beaucoup de bâtonnets, cellules photoréceptrices qui détectent aussi les mouvements. Ainsi votre chat peut capter les mouvements bien mieux que vous.

Ses yeux possèdent également une troisième paupière (ou membrane nictitante) opaque et blanche, qui s’ajoute aux deux autres (supérieure et inférieure) semblables aux nôtres. Cette membrane nictitante est localisée entre la paupière inférieure et l’angle interne de chaque œil. Elle sert à humidifier l’œil et éliminer les corps étrangers présents à la surface de la cornée. Normalement invisible lorsque les yeux sont grand ouverts, on peut l’apercevoir lorsque le chat sommeille les yeux mi-clos.

 

Les conjonctivites chez le chat

conjonctivite_chat

Elles sont assez fréquentes chez le chat, dont l’œil apparaît alors « rouge ». Elles sont provoquées le plus souvent par une infection des voies respiratoires supérieures, virale et/ou bactérienne et s’accompagne des signes suivants :

  • des yeux rouges et gonflés (le plus souvent, lors d’infection, les deux yeux sont atteints),
  • qui coulent (l’écoulement oculaire peut être transparent, grisâtre, jaunâtre, verdâtre voire roux foncé),
  • avec souvent des symptômes d’atteinte respiratoire (éternuements ou écoulement nasal),
  • et enfin une gêne oculaire (le chat se frotte les yeux et/ou plisse ses paupières).

Leur traitement dépend de la cause sous-jacente. Il comporte des soins symptomatiques :

  • garder le chat à la maison (au repos),
  • nettoyer doucement les yeux et les narines
  • et veiller à une bonne hydratation et alimentation (attention un chat aux narines bouchées a tendance à ne pas manger parce qu’il ne sent rien !).

Votre vétérinaire vous prescrira certainement aussi un traitement local (comme un collyre) pour aider l’organisme de votre chat à gérer l’infection.

Avec un traitement adapté, la plupart des infections oculaires guérissent facilement ; toutefois certaines conjonctivites deviennent chroniques ou récidivent, pouvant conduire à des complications telles que de graves affections secondaires comme des ulcères cornéens. Certaines infections sont aussi très contagieuses pour les autres chats, comme l’herpèsvirose féline liée à l’herpèsvirus félin 1 (appelé aussi virus de la rhinotrachéite féline ou HVF-1) ou la chlamydiose féline, liée à une bactérie, Chlamydophila felis. Heureusement il existe des vaccins contre ces deux maladies qui atténuent les symptômes observés.

 

Les ulcères cornéens chez le chat

Les ulcères cornéens sont potentiellement graves : ce sont de véritables plaies ouvertes situées sur la cornée, ce tissu transparent superficiel qui laisse passer la lumière et la concentre sur le cristallin. La cornée peut se creuser d’un ulcère lorsque le chat se blesse (griffure, etc.) ou présente certaines infections oculaires (herpèsvirose féline). Dans ce cas on observe :

  • des signes oculaires le plus souvent sur un seul œil (celui qui porte l’ulcère) ;
  • une douleur oculaire avec plissement des paupières, fermeture de la pupille (myosis), parfois changement du comportement (il se cache ou devient plus agressif) ; la gêne oculaire l’amène à se frotter l’œil (avec sa patte, sur le tapis, etc.)
  • une rougeur oculaire et/ou un écoulement ;
  • une perte de la transparence de la cornée : elle devient « trouble », blanc-bleutée.

Lorsque les ulcères sont d’origine infectieuse, on observe des signes d’infection respiratoire (éternuements ou écoulement nasal). Dans ce cas, les deux yeux sont parfois atteints. Cette situation peut être prévenue par la vaccination.

Il faut consulter immédiatement le vétérinaire qui déterminera la cause sous-jacente de l’ulcère cornéen ainsi que le traitement le plus adapté. Il est essentiel d’agir suffisamment tôt pour éviter toutes les complications éventuelles à long terme, les préjudices esthétiques ou la perte de vision.

 

L’uvéite antérieure chez le chat

L’inflammation de l’iris (portion colorée de l’œil) et du corps ciliaire (formé de muscles et de vaisseaux) qui forment la partie antérieure de l’uvée, est fréquente — on parle alors d’uvéite antérieure ou d’iridocyclite. Celle-ci peut être unilatérale (un œil atteint) si elle est provoquée par un traumatisme par exemple ou bilatérale (atteinte des deux yeux) si elle est provoquée par une infection systémique (c’est-à-dire générale).

Cette dernière est souvent virale : FeLV (virus de la leucose féline), coronavirus félin (virus de la péritonite infectieuse féline) ou FIV (virus de l’immunodéficience féline) ; elle peut aussi être parasitaire (toxoplasmose oculaire par exemple). L’uvéite antérieure est une pathologie grave qui peut conduire à la perte de vision. Les symptômes sont :

  • une douleur oculaire (le chat évite la lumière et plisse ses paupières).
  • Ses pupilles sont fermées (myosis),
  • ses yeux sont rouges (conjonctivite),
  • son iris contient souvent des vaisseaux sanguins visibles,
  • et sa cornée perd sa transparence.

Il est important de consulter votre vétérinaire en urgence si votre chat présente n’importe lequel de ces signes, en particulier parce que la douleur peut être très intense et les complications graves. Votre vétérinaire réalisera certains examens complémentaires pour déterminer quelle est la cause sous-jacente et choisir en fonction le traitement le plus adapté.

 

 

 

glaucome_chat

Le glaucome chez le chat

L’œil contient un liquide, l’humeur aqueuse, qui est renouvelé sans cesse. Lorsque sa sécrétion se poursuit normalement alors que son évacuation n’est plus suffisante, la pression à l’intérieur de l’œil (pression intraoculaire ou PIO) augmente et finit par entraîner un glaucome. Cette augmentation de la PIO peut à la longue détruire la rétine, la partie de l’œil responsable de la vision. Le glaucome félin est généralement secondaire, souvent consécutif à une uvéite antérieure. Toutefois un glaucome primaire peut s’observer chez des races prédisposées (Siamois, Persans et Birmans). Lors de glaucome :

  • l’œil est rouge,
  • très douloureux (plissement des paupières, animal très abattu),
  • la pupille est dilatée (mydriase) et ne se contracte que très lentement.

Le glaucome est une urgence oculaire absolue qui nécessite une consultation immédiate du vétérinaire. Si le traitement visant à réduire la PIO n’est pas administré assez rapidement, le chat peut perdre la vue ou même son œil. Le traitement mis en place doit généralement être poursuivi sur le long terme.

 

La cataracte chez le chat

Le cristallin est la structure oculaire qui sert de « lentille » : il fait converger les rayons de la lumière sur la rétine qui, elle, permet la vision. Lorsqu’une cataracte se développe sur le cristallin, il perd de sa transparence, ce qui diminue la quantité de rayons lumineux parvenant à la rétine. Il s’ensuit une perte partielle de la vision qui peut devenir complète si le cristallin s’opacifie totalement.

Les cataractes félines sont généralement secondaires aux uvéites antérieures. Certaines peuvent être héréditaires et s’observent surtout chez de jeunes chats (vers 6 ans, parfois plus tôt). L’opacification du cristallin n’est pas forcément visible immédiatement, mais la perte graduelle de vision se manifeste par un chat qui se cogne dans des objets (surtout s’ils ont été déplacés) ou se déplace plus lentement, en particulier dans les conditions de faible luminosité.

Consultez votre vétérinaire qui vous présentera les différentes options de traitement de la cataracte et vous recommandera la plus adaptée.

 

La cécité liée à l’hypertension artérielle chez le chat

L’œil est très sensible aux changements de la pression artérielle. L’hypertension artérielle est fréquente chez le chat et peut entraîner un décollement rétinien, responsable de cécité. Une cécité brutale peut donc être le premier ou même le seul signe d’une hypertension chez le chat âgé.

Il faut consulter rapidement le vétérinaire si votre chat se cogne dans des objets ou se déplace lentement, en particulier dans les conditions de faible luminosité. Lors de cet examen, il vérifiera son état général, examinera ses yeux et prendra sa tension. Il pourra ainsi vous conseiller le traitement le plus adapté en cas d’hypertension. Selon la cause de l’hypertension, il pourra être nécessaire de mettre en place plusieurs types de traitements.

 

Les soins oculaires du chat

Les affections oculaires sont toutes différentes mais ont pratiquement les mêmes symptômes, vous devez consulter rapidement votre vétérinaire avant d’essayer une quelconque automédication. Vous ne voulez pas que votre chat devienne aveugle n’est-ce pas ?

En prenant soin de votre chat vous pourrez éviter certains problèmes oculaires. Il est très important que ses vaccins soient à jour, qu’il soit régulièrement vermifugé et reçoive une alimentation équilibrée.

La vaccination contre l’herpèsvirus félin 1 fait partie des vaccinations essentielles administrées aux chatons et aux chats. Il existe également des vaccins contre la chlamydophilose féline qui permettent de réduire la gravité de la maladie. Certains chats restent porteurs à vie du HVF-1 et pour empêcher la réactivation de la maladie il est bon d’éviter les situations stressantes.

Les chats ont également besoin de trouver dans leur alimentation suffisamment de taurine, un acide aminé qui empêche la dégénérescence de la rétine. Celui-ci est présent dans tous les aliments commerciaux de haute qualité à base de protéines animales.

Lorsque votre chat est adulte ou âgé, il est important de consulter régulièrement le vétérinaire pour des bilans de santé, qui comprennent différentes analyses et la mesure de la pression artérielle, afin de dépister les causes fréquentes d’hypertension. Toutes ces mesures vous permettront de protéger longtemps la beauté mythique des yeux de votre chat ainsi que sa qualité de vie globale.

GP-R-FR-NON-200900070