La griffure d’un chat, outre le fait qu’elle est parfois douloureuse, peut entraîner le développement de certaines maladies chez l’homme dont la plus connue est la « maladie des griffes du chat » (ou lymphoréticulose bénigne d’inoculation). Il s’agit d’une zoonose, assez fréquente, mondialement répandue. Elle est généralement bénigne.

Les zoonoses sont des maladies transmises d’un animal à l’homme (ou vice-versa).

 

Comment le chat transmet-il cette maladie à l’homme ?

puce_chat

Cette maladie est provoquée par une bactérie, Bartonella henselae, qui se trouve dans les globules rouges du chat. Le plus souvent elle ne provoque aucun symptôme chez le chat. On ne peut donc pas savoir que le chat est porteur de cette bactérie. Pour passer du chat à l’Homme cette bactérie « utilise » un moyen de transport original : la puce du chat, Ctenocephalides felis.

 

 

 

 

chaton_griffe

Selon l’assurance maladie environ 40 % des chats européens sont porteurs de Bartonella henselae. Dans les régions où les puces sont légion, cela peut atteindre 50 %. Les chatons de moins d’un an représentent le réservoir principal de la bactérie.

Lorsqu’une puce pique un chat contaminé pour son repas de sang, elle ingère en même temps les bartonelles puis les élimine dans ses déjections (crottes de puces) qu’elle dépose sur le pelage du chat. Lorsque le chat se gratte ou se lèche pour se débarrasser des puces, il contamine ses griffes ou sa salive. Les bartonelles peuvent rester infectantes plusieurs jours sur les griffes. Si le chat griffe ou mord un humain, il lui inocule les bactéries dans la peau.

On estime qu’environ 90 % des cas de bartonellose humaine à Bartonella henselae sont liés à une griffure par un chat, souvent un chaton. Environ 10 % sont liés à une morsure.

Certaines crottes de puce tombent sur le sol et sont ingérées par les larves de puce qui en raffolent. Ces larves contaminées muent pour donner des puces adultes contaminées. Lorsque ces dernières piquent un chat, elles lui transmettent les bartonelles qui s’installent dans ses globules rouges. Et la boucle est bouclée.

 

Quels sont les symptômes de la bartonellose chez l’humain ?

griffure_chat

Entre 3 et 10 jours après la griffure, la peau devient rouge puis une papule/pustule se forme avant de disparaitre rapidement en 1 à 3 semaines. Mais quelques jours plus tard, les ganglions proches de la plaie de griffure (le plus souvent ceux de l’aisselle ou de l’aine, parfois du cou si la griffure à eu lieu au visage) s’hypertrophient (lymphadénopathie) et deviennent douloureux. Ils peuvent persister ainsi plusieurs mois avant que tout redevienne normal très souvent sans séquelles. On note aussi de la fièvre, des maux de tête, de la fatigue et une perte d’appétit.
C’est une maladie non contagieuse et le plus souvent bénigne (dans 90 % des cas), mais les enfants ou les personnes immunodéprimées peuvent faire des formes plus sévères. Des complications sont aussi possibles (formes cardiaques ou conjonctivales).

 

Si des ganglions apparaissent après une griffure/morsure par un chat il faut rapidement consulter son médecin. Il mettra alors en place un traitement adapté pour soulager la douleur et éliminer l’infection.

 

Comment peut-on éviter le développement de la maladie des griffes du chat ?

  • maladie_griffe_chatComme la transmission se fait par les puces, il faut prévenir l’infestation des chats par les puces toute l’année : traitement antipuce régulier pour éliminer les puces adultes présentes sur le chat, et traitement de l’environnement pour éliminer les œufs, larves et nymphes.
  • En cas de griffure ou morsure par un chat, laver immédiatement la plaie à l’eau savonneuse, rincer et désinfecter. Il faut surveiller la plaie et son évolution et consulter son médecin en cas d’apparition d’un ganglion, ou si la plaie est d’emblée très importante.
  • Se laver les mains (savon) immédiatement après avoir joué ou caressé son chat.
  • Ne jamais se frotter les yeux après un contact avec un animal sans s’être au préalable lavé les mains.
  • Éviter qu’un chat lèche une griffure ou une plaie humaine (contamination possible par la salive du chat).

 

GP-R-FR-NON-201200030