Comment se débarrasser des puces de chat ?

   Partager

Contrairement à ce que l’on croit souvent, les puces sont présentes toute l’année avec des pics saisonniers. Des études récentes ont montré qu’environ 30% des chats en sont porteurs, et que dans plus de la moitié des cas les maîtres n’en ont pas conscience.

Ce sont des parasites obligatoires, c’est à dire que les puces adultes doivent se nourrir pour survivre.

 

Comment les puces de chat survivent-elles dans notre environnement ?

Une grande partie de leur cycle se déroule dans l’environnement (schéma). La puce pond des œufs, qui se transforment en larves puis en nymphe dans un cocon dans lequel elles sont bien à l’abri (y compris des insecticides) et peuvent survivre jusqu’à 6 mois.

Le développement et la survie des puces dans l’environnement sont fortement dépendants des conditions de température (elles résistent jusqu’à 3°C) et d’humidité de l’environnement (elles n’aiment pas l’air sec). Elles se sont parfaitement adaptées pour vivre à l’intérieur des maisons et des appartements, ce qui explique, ainsi que les hivers doux, leur présence toute l’année.

Une puce pond en moyenne 20 œufs par jour (jusqu’à 50 quand il fait chaud !) et son cycle complet (temps nécessaire pour passer d’un œuf à une puce adulte) varie de 14 jours lorsqu’il fait chaud et humide jusqu’à 140 jours.

Les puces peuvent transmettre aux chats des vers (Dipylidium caninum) et déclencher des allergies (voir rubrique sur ce sujet).

Comment se débarrasser des puces de chat ?

Etant donné les particularités de vie des puces, il est conseillé de faire un traitement préventif toute l’année. En cas d’infestation, un traitement de l’environnement peut être indispensable.

Il existe différents types de produits pour traiter ou prévenir l’infestation par les puces.

Le choix d’un antiparasitaire externe ne s’improvise pas. Il dépend de beaucoup de facteurs comme :

  • le mode de vie de votre animal (promenades dans les bois, baignades…)
  • le fait de voyager dans le Sud de la France
  • la race, le type de poils
  • le fait que votre animal ait une maladie de peau
  • la présence d’enfants en bas âge
  • l’animal lui-même, s’il se laisse facilement manipuler ou non
  • la présence d’un chien (certains antiparasitaires du chat sont toxiques pour le chien)
  • le fait que votre animal soit déjà infesté parce qu’il n’a pas été traité préventivement
  • et votre budget !

Votre vétérinaire est le plus compétent pour vous conseiller, n’hésitez pas à lui demander conseil !