Ces parasites, appelés protozoaires, sont des organismes unicellulaires microscopiques, qui concernent surtout les jeunes animaux. Les chats vivant en collectivité (élevage, chenil), chassant des rongeurs ou nourris avec de la viande crue sont plus souvent infestés.

Giardia intestinalis

C’est un parasite peu spécifique, qui touche de très nombreux mammifères dont l’Homme, le chien et le chat. Il est responsable d’une maladie, la giardiose, plus fréquente chez des individus vivant en collectivité (ex. élevages, pensions) que chez des individus isolés. Cette maladie atteint plutôt les jeunes animaux : c’est l’un des parasites internes les plus fréquents chez le jeune chat de moins d’un an.

Parasites microscopiques chatLes formes parasitaires se fixent et se multiplient dans l’intestin grêle avec une production régulière de kystes qui constituent les formes de résistance et de dissémination de Giardia dans l’environnement. Le chat se contamine par ingestion de kystes lors d’absorption d’eau contaminée, de léchage du sol, des gamelles, ou lors de manipulation des animaux et du matériel par du personnel lui-même contaminé.

Souvent asymptomatique, il n’y a pas de signe clinique visible et on dit que l’animal est un porteur sain. L’infection peut aussi provoquer abattement, diarrhée, vomissements, perte d’appétit et amaigrissement. La maladie est d’autant plus marquée chez les jeunes animaux (chiots ou chatons) lorsqu’ils sont aussi infectés par un autre agent pathogène, une bactérie ou un virus.

Compte tenu de la biologie du parasite, le traitement nécessite toujours en complément, des mesures d’hygiène et de désinfection pour éviter les rechutes fréquentes.

Enfin Giardia est un problème de santé publique. L’Homme y est sensible et peut se contaminer aisément par les kystes disséminés dans le milieu extérieur par un animal malade ou un porteur sain.

Isospora

C’est un parasite digestif microscopique de type coccidie. Il est fréquent dans les élevages et autres collectivités, infestant principalement les jeunes chats. Il est responsable d’une maladie, l’isosporose, qui est diagnostiquée en majorité chez les chatons de moins de 4 mois. A cet âge, les animaux se contaminent par ingestion de formes infestantes dans l’environnement.

Les parasites se situent dans l’intestin grêle, à l’intérieur des cellules. L’isosporose chez le chaton est souvent associée à de la diarrhée, avec, dans les cas sévères, du sang et une évolution fatale.

En raison de l’excrétion rapide et importante des formes parasitaires infestantes, le traitement doit être le plus précoce possible, avec un médicament spécifique contre les coccidies. Celles-ci étant très répandues dans l’environnement des animaux malades, les mesures d’hygiène et de désinfection sont également primordiales.

Neospora caninum

Une autre coccidie, Neospora caninum, est un parasite du chat qui est une cause majeure d’avortement de la vache en milieu rural. D’ailleurs, le chat peut se contaminer en ingérant de la viande crue ou des tissus infectés d’origine bovine. Les signes cliniques de la maladie chez le chat (néosporose) se manifestent sous la forme de troubles neurologiques et/ou musculaires. Les chatons de moins de 6 mois sont particulièrement sensibles, avec une évolution souvent fatale de la maladie.