Votre chat, comme la majorité de ses congénères, passe probablement la plus grande partie de sa journée à faire la sieste, à se toiletter minutieusement ou à regarder par la fenêtre et la majorité de ses nuits à vagabonder. Même s’il vous donne l’impression d’être totalement autonome, il a besoin de vous pour se défendre d’un certain nombre de maladies infectieuses très contagieuses potentiellement mortelles.

 

Vacciner mon chat : pour quelles raisons ?

Les vaccins sont la clé de cette protection et lui permettent de rester en bonne santé tout au long de sa vie. En effet, un chat non vacciné peut attraper à tout âge des maladies infectieuses au contact d’autres chats ou même indirectement par contact avec le sol ou des matériaux contaminés. Il est important de bien connaître les maladies qui peuvent être évitées par des vaccins. Cela vous permettra de décider, en connaissance de cause, avec votre vétérinaire et selon le mode de vie de votre animal quels seront les vaccins importants pour votre chat. Voici une présentation rapide des 6 maladies infectieuses graves contre lesquelles il existe une vaccination.


6 maladies infectieuses félines

La panleucopénie féline (typhus du chat)

La panleucopénie féline, ou typhus du chat, est une maladie virale provoquée par un parvovirus, le parvovirus félin (FPV). Il fait partie de la même famille que le parvovirus canin (CPV) ; comme lui, il est très résistant dans le milieu extérieur, pouvant y survivre plus d’un an. Les chats peuvent se contaminer par contact direct avec les sécrétions et excrétions corporelles des chats infectés (vomissures, urines, salive…) ainsi que par contact indirect avec l’environnement souillé par ces mêmes excrétions et sécrétions. Ainsi comme la plupart des chats seront exposés au virus à un moment ou l’autre de leur vie, il est essentiel de les vacciner régulièrement, d’autant que le vaccin permet d’éviter l’infection.

Le virus entraîne une forte diminution du nombre de globules blancs (leucocytes) ce qui favorise les infections secondaires. Les chats infectés deviennent apathiques et présentent de la fièvre, de la diarrhée, des vomissements ainsi qu’une déshydratation sévère. L’infection, très sérieuse, peut être mortelle. En France le typhus du chat fait partie des vices rédhibitoires.

Le saviez-vous ?

Certaines maladies du chien ou du chat sont considérées comme des vices rédhibitoires : cela protège l’acheteur qui peut alors faire une action en justice, dans les délais légaux, contre le vendeur si l’animal présente ces maladies (certificat de suspicion établi par un vétérinaire). Un vendeur est tenu par la loi de vendre des animaux indemnes de ces maladies.

 

La rhinotrachéite virale féline

La rhinotrachéite virale du chat est une infection provoquée par un herpèsvirus, l’herpèsvirus félin 1 qui touche les voies respiratoires supérieures. Elle fait partie du syndrome du « coryza ». La transmission de ce virus se fait par contact direct entre chats, il est donc essentiel de protéger votre chat en le vaccinant. Toutefois il faut savoir que le vaccin protège de l’apparition des symptômes, mais n’empêche pas la contamination ou la transmission du virus entre chats. L’infection se traduit par des éternuements, des écoulements nasaux et oculaires, une perte d’appétit, de la fièvre et de l’abattement. Les infections les plus graves peuvent être mortelles. Le traitement reste très limité et ne permet pas d’éliminer le virus de l’organisme : même lorsque le chat guérit, il reste porteur à vie du virus.

 

La calicivirose féline

Le calicivirus félin fait également partie des germes responsables du syndrome du « coryza » et provoque une infection respiratoire qui ressemble la rhinotrachéite féline. Il existe de très nombreuses souches de calicivirus, toutes hautement contagieuses ; certaines sont responsables de symptômes, d’autres pas. La transmission se fait par contact avec les sécrétions/excrétions corporelles d’un chat infecté. Les formes symptomatiques peuvent être légères ou sévères selon la souche du virus en cause. Elles entraînent de la fièvre ainsi que des vésicules et des ulcères très douloureux au niveau de la langue et de la bouche qui provoquent une forte salivation du chat ; elles évoluent parfois vers la pneumonie. Le traitement de la calicivirose est souvent difficile. Même si le chat guérit, le virus peut rester dans son organisme et se transmettre à d’autres chats. Certains chats développent une forme chronique s’accompagnant d’éternuements, d’écoulements oculaires et de gingivite (inflammation des gencives) sévère. La vaccination est donc essentielle pour éviter le développement des symptômes, même si elle n’empêche pas la contamination et la transmission du virus.

 

La rage

chat_vaccins

La rage est mortelle dans 100% des cas ; toutefois le vaccin permet de l’éviter dans près de 100% des cas. Cette maladie virale affecte le système nerveux central de pratiquement tous les mammifères y compris l’homme. La rage se transmet à l’occasion d’une morsure ou, en présence de toute lésion cutanée, par contact avec la salive d’un animal infecté (par exemple une moufette, un renard, un raton laveur ou une chauve-souris). Le taux de chauve-souris infectées par la rage continue de s’accroître de par le monde et devient particulièrement préoccupant dans les zones urbaines. Un chat exposé à la rage sera bien plus résistant au virus s’il a été vacciné auparavant. Une fois la rage déclarée, il n’existe pas de traitement et l’évolution se fait vers la mort en moins d’une semaine. En France la vaccination antirabique du chat n’est obligatoire que pour sortir du territoire (ou y rentrer) et doit être consignée dans le passeport de l’animal ; beaucoup de pensions, de chatteries, de camping ou de résidences de vacances l’exigent également avant de permettre l’entrée de l’animal. Il est donc essentiel de protéger votre chat contre cette maladie mortelle.

New call-to-action

La leucose féline (FeLV)

chat_vaccins_2

Le virus de la leucose féline atteint les ganglions lymphatiques puis se répand dans le sang et envahit différents tissus dont la moelle osseuse du chat, provoquant une immunosuppression (ce qui diminue ses défenses immunitaires). Le chat présente alors plus de risques de développer des cancers, des anémies, des infections, des maladies à médiation immunitaire, des maladies du système nerveux ou reproducteur ainsi que des inflammations intestinales. Comme les signes ou les symptômes de cette infection virale peuvent mettre parfois des mois voire des années avant d’apparaître, des chats porteurs du virus mais apparemment en bonne santé peuvent le transmettre par leur salive ou d’autres sécrétions/excrétions corporelles comme les larmes, l’urine voire les selles. Il en résulte que ce virus peut se disséminer très facilement. Il représente donc une des plus grandes menaces pour la santé de votre chat qui, s’il sort ou entre en contact avec d’autres chats, risque de s’infecter et à terme de mourir s’il n’est pas vacciné. La vaccination contre la leucose féline n’est recommandée que chez les chats non infectés ; de ce fait, avant de le vacciner, il faudra faire un test FeLV pour dépister une infection. La leucose féline fait partie des vices rédhibitoires.

 

La chlamydophilose féline

La chlamydophilose est une maladie infectieuse, hautement contagieuse en particulier chez les chatons. Elle peut se transmettre d’un chat infecté à l’homme : c’est donc une zoonose. La bactérie responsable de cette infection atteint principalement les conjonctives oculaires et entraîne une conjonctivite sévère. Elle peut également affecter l’appareil respiratoire supérieur (nez, sinus et gorge). La transmission se fait par contact direct avec un chat infecté, qui peut excréter la bactérie pendant plusieurs années. Les chats vaccinés ne sont pas totalement protégés de cette infection et s’ils sont infectés ils peuvent excréter la bactérie. Toutefois la vaccination réduit la sévérité de l’infection ainsi que sa survenue et peut ainsi aider votre animal.

 

En résumé

Si vous souhaitez que votre chat reste en bonne santé tout au long de sa vie, pensez à le faire vacciner pour qu’il développe de solides défenses vis-à-vis de maladies infectieuses graves, très répandues et particulièrement contagieuses. En décrivant votre mode de vie et celui de votre animal à votre vétérinaire vous pourrez ensemble déterminer quels seront les vaccins les plus adaptés à votre chat ainsi qu’à votre famille et ce tout au long de la vie de votre compagnon.

GP-R-FR-NON-200600041